Test de la New Nintendo 3DS XL

La New Nintendo 3DS viens juste de sortir en Europe il y a quelques semaines, voici mon test.

Après réflexion j’ai décidé de me prendre le modèle XL car je possédais déjà une 3DS XL classique et je ne voulais pas investir plus que ça dans les coques de la taille normale.

Quelles sont mes premières impressions ?

La 3D est meilleure ! Comme Nintendo le met en avant, l’effet 3D/stroboscopique est amélioré, notamment grâce à la présence d’un capteur infrarouge permettant le suivi du visage.

La fonctionnalité peut sembler gadget, mais cela fonctionne plutôt bien.

La luminosité est désormais ajustée automatiquement, toujours grâce au capteur infrarouge, cette option est bien entendu désactivable.

Parmi les nouveautés figurent les nouveaux boutons : ZL et ZR au dos, ainsi que le Stick C remplaçant le Circle Pad.
Après avoir essayé avec Smash Bros, je trouve l’utilisation du stick assez agréable, celui-ci se manipule un peu comme le trackpoint des Thinkpad (vous savez, le stick des IBM/Lenovo).
Un « trou » a d’ailleurs été prévu pour permettre d’éviter la collision directe entre le doigt et la barre de la New 3DS.

Cette New 3DS inaugure aussi l’arrivée des amiibo, les figurines NFC de Nintendo.

Contrairement à la Wii U, le récepteur NFC se situe sous l’écran tactile de la New 3DS.

La mise à jour 1.0.5 de Smash Bros permet d’ors et déjà d’utiliser ses amiibo et ainsi prolonger l’expérience des personnages débutée sur la Wii U.

Pour les 3DS classique, un récepteur NFC est prévu dans l’année par Nintendo, celui-ci fonctionnera grâce à la connexion infrarouge présente.

(Au passage on notera que le logo de la New 3DS et amiibo sont similaires).

La disposition des LEDs, connecteurs et boutons a aussi été revue. Les boutons Start et Select retournent sous les boutons X/Y/A/B (qui arborent désormais les couleurs de la Super Nintendo).

Le bouton Home est aussi plus agréable à utiliser, la pression se fait plus facilement. Les LEDs sont désormais réunies en bas au même endroit.

Le slider du volume se trouve maintenant sur la partie supérieure, à l’opposée du slider 3D. Je le trouve moins accessible, c’est dommage. Le commutateur Wi-Fi disparait, celui-ci est remplacé par une option dans les paramètres rapides de la New 3DS.

Le bouton d’allumage se situe maintenant sur la tranche du bas, c’est une option discutable, car celui-ci peut être actionné sans le vouloir (dans un sac, ou encore en retirant la coque arrière).
Le logement du style et de la cartouche 3DS passent en bas ce qui est aussi peut pratique comparé aux anciens modèle. Il était plus naturel de retirer le stylet par le haut ou le côté. 

 La carte SD a maintenant été remplacée par une carte microSD. Celle-ci se situe en dessous de la coque qui doit être dévissée et retirée. Cette microSD de 4 Go livré avec l’appareil se retire en la glissant vers le haut et non pas en ressort. Pour pallier au démontage, Nintendo prévois une option qui permet la copie de fichier via un partage réseau Samba dans les paramètres.

La migration des données de son ancienne 3DS vers la New 3DS est laborieuse, je me souviens encore de la migration 3DS vers 3DS XL qui se faisait uniquement via Wi-Fi.

Ici Nintendo a accéléré le processus en permettant la copie des données sur la carte SD.

Cela reste toujours long, il faut mettre à jour les 2 consoles, se relier à Internet, valider tout un tas d’option de chaque coté. Mais une fois terminé on retrouve toutes ses données ainsi que la même présentation sur la New 3DS comme on l’avais laissé auparavant.

Rien à dire côté sonore, je n’ai pas noté de différence que ce soit avec les haut-parleur ou un casque.

Comme la 3DS XL/2DS, Nintendo fournis ses consoles sans chargeur, à vous de l’acheter en plus ou de récupérer celui de votre modèle précédent.

Dans la boite on retrouve par contre toujours les cartes de réalité augmentée ainsi que les manuels d’utilisation et guide rapide.

Toutes ces nouveautés apportés par Nintendo montrent la convergence souhaitée entre la Wii U et la 3DS. La New 3DS possède désormais les mêmes touches ainsi que la fonction amiibo que la Wii U.

Cette version intermédiaire pourrait s’apparenter à la DSi, Nintendo cherche à peaufiner sa console en apportant des fonctionnalités et en profite pour renouveler ses accessoires (coques, support de chargeur).

Des jeux sont dors et déjà compatibles avec toutes ces nouvelles fonctionnalités. J’ai déjà mentionné Smash Bros, mais il y a aussi Majora Mask 3DS ainsi que Monster Hunter 4 Ultimate.

Je ne pense pas que Nintendo ou des éditeurs tiers développeront de jeux uniquement compatible New 3DS afin d’éviter une fragmentation et entrainer une confusion chez le public déjà perdu dans le nom des consoles, on profitera juste d’une expérience de jeu améliorée ;)

Les + :
  • Une meilleure 3D ;
  • Enfin un second stick analogique !
  • Processeur plus rapide ;
  • Les amiibo compatibles.
Les – :
  • Le transfert des données entre 3DS et New 3DS laborieux ;
  • Le bouton d’allumage mal situé ;
  • Pas de coque interchangeable sur le modèle XL ;
  • Une microSD difficilement accessible.

Faites toujours bien attention lorsque vous acheter une console portable de bien vérifier si vous n’avez pas de pixels morts ou de rayure, je n’ai pas fait tout de suite attention mais j’ai une petite rayure en bas à gauche de l’écran supérieur :( Ce n’est pas gênant dans mon cas, mais tout de même, j’ai déjà eu des pixels mort sur la DS Lite, alors pensez à tester votre modèle en magasin et faites jouer la garantie pour le moindre défaut suspect !

Vous pouvez retrouver l’ensemble des photos de ma New 3DS sur Flickr, relire mon test de la toute première 3DS, ou découvrir mes autres tests.

Test du ZTE Open C

Suite des tests des appareils Firefox OS, aujourd’hui l’Open C de ZTE !

Si vous avez suivi un peu l’actualité de Firefox OS, vous avez vu que les premiers smartphones sont sortis en France et sont distribués par Leclerc notamment.
Le modèle disponible en magasin est donc l’Open C, un smartphone d’entrée de gamme, proposé à un prix de 80 € avec offre de remboursement de 10 € par ZTE.

C’est le premier téléphone Firefox OS « grand public » que j’ai sous la main et je peux dire qu’il est plutôt pas mal.

Voici ses caractéristiques :

  • Processeur : Qualcomm MSM8210 Snapdragon, 1.2GHZ Dual core ;
  • Écran : 4” (800×480 pixels) ;
  • Appareil photo : arrière : 2MP avec flash mais sans auto-focus ;
  • Fréquences : GSM 900/1800/1900MHz  UMTS 900/2100MHz ;
  • Capacité de stockage : 4 Go + lecteur MicroSD ;
  • RAM : 512 Mo ;
  • Connectivité : A-GPS ;
  • Batterie : 1400 mAh ;
  • WiFi : 802.11 b/g/n ;
  • Bluetooth 4.0 ;
  • Ports : Micro USB, casque (Jack).

BoîteTout d’abord, le packaging. La boîte est simple avec un design épuré et efficace. On retrouve les logos de ZTE et Firefox OS ainsi que le renard de feu sur l’arrière de la boite.

Contenu, accessoiresLe contenu est toujours classique, on retrouve les accessoires : Casque jack, câble microUSB et chargeur USB. Je trouve que ce dernier possède une forme bizarre, j’ai un peu peur pour la solidité de l’embout femelle USB. Pourquoi ne pas avoir fait un chargeur avec l’embout directement intégré ?
On retrouve aussi les mentions légales, précautions d’usage, un guide de démarrage rapide et toujours le sticker Firefox OS ;)

ZTE Open C ouvertJe ne vais pas comparer ce modèle au Flame, car ce n’est pas vraiment le même public visé ainsi que la même gamme.
L’appareil est plutôt léger (127 g) et facile à prendre en main, on retrouve toujours les boutons d’allumage (en haut), de réglages volume (à droite) ainsi que le bouton rond « Home ».
La prise jack se situe en haut et la prise microUSB en bas de l’appareil. Côté appareil photo ce n’est pas fameux, mais suffisant pour prendre en photo des paysages, on regrettera l’absence du flash.

Au niveau système, nous avons donc Firefox OS en version 1.3 avec plusieurs applications pré-chargées : Twitter et Facebook pour les réseaux sociaux, HERE Maps de Nokia pour les cartes et les trajets, « Notes » de Mozilla pour la prise de notes, « Aide » de Mozilla qui regroupe des informations utiles et « Mise-à-jour » de ZTE pour obtenir les nouvelles versions de Firefox OS ainsi que les correctifs à venir.

ZTE va assurer les mises à jour sur cet appareil et une version 2.0 pourrait bien sortir d’ici la fin de l’année, apportant un tout nouveau look pour le bureau à savoir un défilement vertical, de plus grosses icônes et un nouveau design pour les applications systèmes.

Après plusieurs tests, il s’avère que l’appareil tiens environ 8h allumé avec le Wi-Fi activé et sinon 2 jours avec une utilisation normale sans Wi-Fi/3G constamment activées.

Le téléphone est aussi disponible en vente sur pas mal de boutique en ligne et je vous le recommande autant pour un premier smartphone, que pour développer dessus, voir même migrer sur Firefox OS.

Toutes mes photos du ZTE Open C dans ma galerie Flickr.

Test du Firefox OS Flame

FlameReçu quasiment en même temps que ma tablette développeur, je vous fais aussi un test du nouveau téléphone développeur le « Firefox OS Flame ».

Jusqu’à maintenant les téléphones développeurs accessibles au grand public étaient le Peak et Keon fabriqués par l’entreprise Espagnole, Geeksphone.
Ces deux modèles ne sont plus fabriqués, ni disponibles à l’achat et sont remplacés par le « Geeksphone Revolution », un smartphone grand public avec une puce Intel et fonctionnant avec au choix Android ou Firefox OS.

Avec l’évolution du marché de Firefox OS (notamment en France) ainsi que l’évolution de l’OS en lui-même, Mozilla propose un nouveau modèle de téléphone dit « téléphone référence » fabriqué en partenariat avec T2Mobile en marque Alcatel One Touch.
Au contraire du Peak/Keon, Mozilla propose directement les builds du téléphone et assurera un meilleur suivi de l’appareil.

Voici ses caractéristiques :

  • Processeur : Qualcomm MSM8210 Snapdragon, 1.2GHZ Dual core ;
  • Écran : 4.5” (FWVGA 854×480 pixels) ;
  • Appareil photo : arrière : 5MP avec auto-focus et flash / avant : 2MP ;
  • Fréquences : GSM 850/900/1800/1900MHz  UMTS 850/900/1900/2100MHz ;
  • Capacité de stockage : 8 Go de stockage, lecteur MicroSD ;
  • RAM : 256 Mo – 1 Go (ajustable par le développeur) ;
  • Connectivité : A-GPS, NFC ;
  • Pris en charge de deux cartes SIM ;
  • Batterie : 1800 mAh ;
  • WiFi : 802.11 b/g/n ;
  • Bluetooth 3.0 ;
  • Ports : Micro USB, casque (Jack).

Boite Boite Boite

La boîte contient : le téléphone, sa coque arrière, un câble microUSB, des écouteurs jack, la batterie amovible, un sticker et un guide rapide.
Normalement, le Flame est aussi livré avec un câble USB spécial « Recovery », mais je ne l’ai pas reçu… un oubli sans doute.
Il n’y a pas de chargeur, et je trouve que c’est une bonne chose, il suffit de réutiliser le chargeur USB de votre ancien téléphone si vous avez.

On notera que c’est le premier modèle à prendre en charge le NFC, ainsi que le premier téléphone développeur à proposer deux emplacements SIM.
En terme d’utilisation NFC, il est déjà possible d’échanger des fichiers entre deux téléphones ou encore d’utiliser des « tags » pour enregistrer et déclencher un numéro de téléphone notamment.
On retrouve les boutons physiques, volume +/- (placé à droite), allumage (en haut), accueil (en bas), la prise microUSB (en bas) et prise jack (en haut). Je trouve cette disposition plus ergonomique que le Peak.
La coque du téléphone est douce et semble plus résistante que celle du Peak.
Ce qui frappe au démarrage, c’est la qualité de l’écran, bien meilleure que celui du Peak, on passe ici d’un écran 4.3 » a un écran 4.5 ».
Les appareils photo sont aussi de bien meilleure qualité.

Dos et coque

Côté développeur, il est possible d’ajuster la RAM disponible au démarrage du téléphone, ce qui permet de tester ses applications pour des téléphones moins puissant.
Le téléphone est livré en 1.3, mais il est possible de le mettre à jour via les builds proposées par Mozilla.

Pour ma part, j’ai flashé une version 2.0 et le tout fonctionne très bien, c’est fluide et je peux utiliser des badges NFC.

Le Flame peut être acheté sur le site Everbuying.com pour le prix de 128,17 € + 47 € de frais de douane (merci DHL !).
Si vous avez déjà développé des applications HTML5 pour d’autres plate-formes, Mozilla met en place un programme pour obtenir un Flame.
Un autre programme permet au Mozilliens d’obtenir un Flame pour faire des tests et répondre à des sondages pour améliorer Firefox OS.

Dos flame Flame allumé Guide rapide

Test de la tablette InFocus sur Firefox OS

TabletteÇa y est, j’ai enfin reçu la tablette développeur InFocus « New Tab », aussi appelée « F1 » ou « flatfish » son nom de code chez Mozilla.
Cette tablette est fabriquée par Foxconn et distribuée pour les développeurs via le programme TCP (Tablet Contribution Program) de Mozilla.

Voici ses caractéristiques :

  • Marque/Modèle : Foxconn InFocus ;
  • Processeur : A31 (ARM Cortex A7) Quad-Core 1.2GHz w/ PowerVR SGX544MP2 GPU ;
  • RAM : 2 Go ;
  • Capacité de stockage : 16Go ;
  • Écran : 10.1″ IPS capacitif multi-touch @ 1280×800 ;
  • Appareil photo : 2MP avant /5MP arrière ;
  • Wi-Fi : 802.11b/g/n ;
  • Ports : Micro SD, Micro USB, casque (Jack) ;
  • Autre : GPS/AGPS, Bluetooth, Gyroscope ;
  • Batterie: 7000 mAh (non amovible).

On notera l’absence d’une prise HDMI qui sera présente sur la tablette développeur suivante, la Vixen de VIA.
Elle n’est pas pour le moment en vente et le seul moyen de s’en procurer est de remplir un formulaire de demande (qui sera prochainement en ligne pour la VIA).

La tablette est livrée avec la version 1.3 de Firefox OS et peut être mise à jour en 2.1 en utilisant les builds mises à disposition sur le Wiki de Mozilla.
Dans la boite se trouve un câble USB classique et un chargeur format américain. Prévoyez un adaptateur ou alors un chargeur USB de 2A.

TabletteLa Foxconn InFocus est pourvue de trois boutons physiques que l’on retrouve sur tous les modèles Firefox OS : volume +/- et allumage. Il n’y a pas de bouton Home, celui-ci est remplacé par un mouvement de l’extérieur de l’écran vers l’écran avec un doigt.
L’écran est, je trouve, de qualité très moyenne et ne remplis pas toute la surface de la tablette, mais le texte reste lisible à l’affichage. Le but n’étant pas de livrer un produit haut de gamme, mais un outil de test pour les développeurs.

Connectique Boutons

Côté utilisation, c’est acceptable, Firefox OS est en train d’être optimisé pour les tablettes tactiles et c’est le but du programme TCP. Un lanceur d’application est présent en bas de l’écran et les icônes et clavier sont affichés en plus gros. Les applications sont aussi adaptées comme par exemple les paramètres. D’autres applications ont encore besoin d’être améliorées comme le Marketplace qui s’affiche uniquement en portrait ou le Calendrier. Sur le Marketplace, il n’y a pas pour le moment de distinction tablette/smartphone pour Firefox OS (c’est le cas pour Firefox Android), on incite donc les développeurs à faire du « responsive design » au maximum sur leurs applications web.

À noter, qu’une fois la tablette reçue, il est conseillé au plus vite d’activer le débogage adb ainsi que de flasher la nouvelle version du bootloader.

Arrière de la tablette Paramètres

En ce qui concerne le grand public, la première tablette qui sortira sous Firefox OS sera l’Alcatel OneTouch Fire 7. Elle a été présentée au Mobile World Congress en début d’année et sortira certainement en début d’année prochaine.

Le bruit des vagues

Quelques petites nouvelles :

  • Depuis mi-février je travaille chez Société d’Avantages à Saint-Nazaire en tant que développeur web ;
  • Je fabrique avec Thomas et Antoine sur une borne d’arcade « bartop » à partir d’un Raspberry Pi au Fab Lab de Saint-Nazaire ;
  • J’ai eu l’occasion de participer au « Locasprint » le 26 et 27 avril dernier organisé par Mozilla dans les bureaux de Paris. J’y ai notamment animé un atelier de sous-titrage et traduction ;
  • Côté jeu j’ai pas mal joué à Don’t Starve (le mode multijoueur arrive bientôt !) et je me suis mis à Phoenix Wright VS Professeur Layton sur Nintendo 3DS ;
  • Pour Nightingale pas grand chose de neuf de ma part, mais ça avance tout de même.

C’est tout pour le moment ^^